Cadrans solaires à Marmoutier

Accueil

Plan

 

En hommage à Saint Léobard, fondateur du monastère et de son église, la ville s’appelait au 7ème siècle « Leobardi villa ». Après restauration du monastère par Saint Maur au 8ème siècle, elle prend successivement les noms de « Aquileia Maurimonasterium », « Aquileia Maurivilla » et « Oppidum Maurimonasterium ». ( Aquileia signifiant : endroit près du petit ruisseau)

L’abbatiale de Marmoutier remonte au 13ème siècle (fin 13ème, début 14ème). C’est à cette époque que furent gravés deux cadrans canoniaux. Un 3ème cadran d’un type classique daterait du 16ème siècle.

Un cadran canonial est un cadran solaire dont le style est perpendiculaire au mur et dont les lignes horaires (tout à fait irréelles) indiquaient les heures de prières et d’offices (règle de Saint Benoît) entre deux levers de soleil successifs : matines, tierces, nones, vêpres, complies …Par la suite, ces lignes furent numérotées  8h, 9h, …Il existe encore beaucoup de cadrans canoniaux en Alsace dont ceux de l’ancienne église des jésuites à Molsheim et de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul à Rosheim.

 

Sur le contrefort oriental de la façade sud de l’abbatiale, près du sol, on discerne les deux cadrans canoniaux dont les tracés sont de moins en moins visibles.  

                                                                                                                                   

Le cadran supérieur, le plus ancien,

 

                                 

 

 ne comporte que les lignes horaires de 8h du matin à 1h de l’après-midi, marquées en chiffres arabes. C’est à cause de la trop forte inexactitude des heures ainsi que leurs durées respectives, qu’on délaissa ce cadran.

                                     

Il fut remplacé vers le 15ème siècle par un 2ème cadran canonial, situé un peu plus bas,

 

                                                        

 

composé de deux demi-cercles concentriques avec des lignes horaires plus réalistes mais toujours approximatives. Les « heures » sont marquées par des chiffres romains de l’époque.

 

Sur cette même façade sud de l’abbatiale, a été placé au 16ème siècle un cadran solaire vertical,

 

                                                      

 

 conforme aux progrès de la gnomonique : heures exactes et de même durée et style (aujourd’hui disparu)  parallèle à l’axe du monde. La numérotation est faite en double : chiffres romains et chiffres arabes. Comme on peut le voir, le cadran est en mauvais état de conservation : une bonne restauration ferait revivre ce cadran ainsi que les connaissances en gnomonique de l’époque. Il semblerait qu’il a subit un sur-traçage des lignes horaires. Mais à quelle époque ?

 

Sur la façade sud-est du bâtiment de la mairie de Marmoutier, dans la cour,

 

                         

 

on peut voir, tracé sur belle dalle de grès jaune, un beau cadran datant 1772.  Vu l’orientation de la façade, seules les heures de 4h du matin à 12h sont gravées. C’est sur un ruban en forme de « U » que sont marquées les heures en caractères arabes.(voir l’écriture du chiffre de l’époque).  On distingue facilement les lignes horaires terminées par une flèche dirigée vers le centre du cadran  plus longues que celles de demi-heures, elles-mêmes plus longues que celles des quarts d’heures. Un doute quant à la position exacte du style qui semble avoir été désorienté. Les échafaudages des crépisseurs font parfois bien des dégâts !